Après quelques mois dans une ville, on s'adapte et plus rien ne nous choque.
Mais même Madrid, qui n'est pas une destination ultra dépaysante a priori, a pu me destabiliser à quelques reprises. Voici une liste non exhaustive des petites particularités que l'on rencontre dans la capitale espagnole, pour vous préparer psychologiquement et vous y sentir comme chez vous !

Bien évidemment, les attitudes décrites ci-dessous ne concernent pas la totalité des Madrilènes, et sont à prendre avec un peu de distance et d'humour :)

1. Les manières

Globalement, le contact est facile avec les Madrilènes : ils sont ouverts, accessibles, attentionés, souriants. Mais pour bien vous entendre avec eux, comprenez une chose : leurs règles de politesse ne sont pas aussi strictes qu'en France.
En Espagne, on ne tient pas forcément la porte en sortant du métro, on ne dit pas forcément bonjour en montrant toutes ses dents au voisin de palier, on parle fort, on se bouscule un peu dans la rue, le service est rarement quali ...
Mais c'est ainsi qu'on les aime, et on s'y fait rapidement.

En outre, il y a tout de même quelques spécificités à connaître :

  • Les Espagnols sont chaleureux, et ils vous feront la bise (2 bisous), même à la première rencontre. Avec un grand sourir, et une accolade, la plupart du temps. Bon, pour nous c'est normal de faire la bise ... mais mes amis américains ne l'ont pas très bien vécu les premières semaines ! L'espace vital n'est pas forcément une priorité à Madrid, et il va falloir jouer le jeu pour s'intégrer.

  • Lorsque vous êtes invités chez un Espagnol, sachez qu'il est souvent jugé malpoli de se balader pieds nus ou un chaussettes. Gardez vos chaussures ou demandez des chaussons/pantoufles. Encore une fois, cela ne s'éloigne pas trop des coutumes françaises, mais pensez à prévenir vos amis expats.

  • Il faut aussi savoir que les Madrilènes sont assez écolos : utilisez l'eau (la région est très sèche) et l'électricité avec parcimonie. Concrètement, évitez les douches de plus de 10 minutes et éteignez les lumières quand vous quittez une pièce. Idem : évident, faut-il encore y penser systématiquement.

  • La vie est peu chère, et il existe des tapas à tous les prix. De ce fait, cela ne se fait pas trop à Madrid de manger dans la rue ou dans le métro : asseyez-vous en terrasse, même 5 minutes, même pour ne dépenser que quelques euros.

2. Les horaires

C'est bien connu, les Espagnols ont un peu changé les règles de l'horloge..
À Madrid, les gens mangent peu tôt le matin, puis prennent un petit encas à 10h et patientent jusqu'à 15h pour la pause déjeuner. Une horreur, les premières semaines au travail. Puis le dîner n'arrive pas avant 21h, au plus tôt. Le temps de m'habituer, j'avais tout le temps faim.

Par conséquent, il est logique que la nightlife commence et termine plus tard : le week-end, inutile d'aller en boîte avant 2h, et dommage d'en partir avant 6h ! Encore une fois, pas de panique, on s'habitue vite.

Et vous avez sûrement entendu parler de la fameuse sieste ?Là non plus, ce n'est pas un mythe. Beaucoup de personnes, notamment les commerçants, la pratiquent (ou ferment la boutique pour regarder une petit telenovela). Mais c'est beaucoup moins commun chez les jeunes, surtout en entreprise.

3. Le métro

Pour ceux qui sont habitués des grandes villes, pas de choc majeur à prévoir. Comparé au métro parisien, par exemple, le Metro de Madrid est très propre, les retards/pannes sont rares, et le ticket est assez peu cher.

Si vous restez à Madrid un long moment, n'hésitez surtout pas à demander l'abono, l'abonnement mensuel illimité tous transports (y compris les trains qui parcourent la province de Madrid, et les bus vers Tolède). Si vous avez moins de 26 ans, la carte ne coûte qu'environ 25 euros par mois.

4. L'alimentation

Bon. Faut maintenant vous annoncer une mauvaise nouvelle. A Madrid, on grossit. On a pas trop le choix: on mange bien, mais surtout bien bien gras. Et pour pas cher.
Les Madrilènes ne sont pas gros, mais c'est surtout parce qu'ils passent beaucoup de temps à la salle, juste d'avant de se poser en terrasse pour manger des tapas et boire des cañas (des bières).

Une première chose à savoir : pas d'entrée dans les restaurants traditionnels. On mange un primer plato suivi d'un segundo plato. Pas d'entrée donc, mais deux plats servis l'un après l'autre, le second en plus grande quantité.

Vous allez vous dire "mais quel cliché", mais en fait les clichés sont assez véridiques. Tapas en tous genres et à tous les prix, tortillas, poulpe, croquetas, fromages, churros... On se régale, dans une ambiance très conviviale. Mais tout baigne dans l'huile.

Deux passions surpassent toutes les autres :

  • Le cochon. Partout, tout le temps. Du chorizo, du jambon serrano ou de l'ibérique, du saucisson ... Les Espagnols en sont fous. Et il faut dire, il y a de quoi : le pays est connu dans le monde entier pour la qualité de son jambon. Ce qui m'a le plus supris, c'est la possiblité d'acheter une cuisse entière de jambon au supermarché. Genre, entière, pour mettre dans sa cuisine ! A partir de 60 euros, pour les plus motivés.
  • Les sandwichs de calamars frits. Oui, vous avez bien lu. Du calamar, de l'huile, du pain décongelé, et beaucoup de mayonnaise. Ca existe à Madrid, et pas qu'un peu. Pas du tout mon truc, mais si vous êtes pris par la curiosité, les meilleurs se trouvent autour de la Plaza Mayor.

Mais pas de panique, si tout cela ne vous convient pas,et que vous avez le courage de cuisiner, sachez que vous trouverez des supermarchés très bien entretenus, avec de très beaux légumes gorgés de soleil et des viandes très peu chères. N'hésitez pas non plus à visiter les marchés de nourriture, chaque quartier en possède un, plus ou moins touristique et bobo, mais ils valent tous les détour.

Aussi, il y a beaucoup de restaurants de cuisine du monde, et tout le monde peut y trouver son bonheur. Pas mal aussi d'option pour les vegans en herbe. Il faut juste renoncer une fois pour toute à la qualité à la française... sorry !

Pour ce qui est des boissons... Les Espagnols tournent beaucoup plus à la bière qu'on croirait. Si la sangría n'est pas un mythe, je vous conseille de penser à tester celle au vin blanc, moins commune. Et pour faire vraiment Espagnol, dès qu'il fait beau, commandez un Tinto de Verano: du mauvais vin, du sprite, et du citron. Rafraichissant, et franchement assez jouissif.

Globalement, donc, quelques ajustements à faire, mais pour une expérience merveilleuse ! Si vous vous laissez séduire par Madrid, croyez-moi qu'il vous sera douloureux de la quitter.

Et pour mieux en profiter, on vous aide à trouver l'appartement de vos rêves !

Si vous avez aimé cet article, n’oubliez pas de nous suivre sur Facebook, Twitter & Instagram pour plus de contenus passionnants !